Sur les chemins de la pilsner bohémienne

Dans la vie, il ne faut pas avoir honte de ses faiblesses. Je dois avouer que mes connaissances en termes de lagers sont nettement moins développées que celles qui concernent les ales. Il est important de préciser que les lagers forment bel et bien une famille de styles aux caractéristiques variées. Cela provient du fait qu’il y a beaucoup moins de bières de microbrasseries québécoises appartenant à la grande famille des lagers et que je n’avais jamais brassé de bière de cette famille jusqu’à tout récemment. Qu’à cela ne tienne, j’ai désormais dans mon porte-folio une lager à mon actif, plus précisément une pilsner bohémienne, soit une bière pâle d’origine tchèque. Pour la petite histoire, j’ai nommé ma bière « Bohemian Rhapsody ». Je tiens à préciser que je n’ai jamais eu l’occasion de goûter à une pilsner bohémienne provenant effectivement de République tchèque.

Il y a un certain temps, j’avais fait l’exercice de comparer une stout impériale que j’avais produite avec celle de la brasserie Saint-Ambroise. Comme j’avais apprécié l’expérience, j’ai décidé de trouvé une version québécoise de pilsner bohémienne et de la comparée avec la mienne. J’ai choisi la version concoctée par la brasserie Vrooden pour les besoins de cette critique. Cette jeune brasserie de Granby se spécialise dans les bières allemandes et fait un point d’honneur de respecter la tradition brassicole de ce pays. Il est important de mentionner que les bières tchèques partagent plusieurs ressemblances avec les bières allemandes.

Bien que semblables, les deux produits dégustés présentent des différences significatives. Les deux produits respectent globalement les caractéristiques présentées dans le BJCP pour ce style, c’est à dire une lager pâle avec un bon côté malté, un certain niveau de sucres résiduels et une dose appréciable d’houblon noble.  Elles me font toutes deux rêver à l’arrivée des temps plus doux et des terrasses.

20170320_172152

Caractéristiques

Bohemian pilsner

BJCP (2015) : 6Czech Lager B) Czech Premium Pale Lager

Vrooden – Bohemian Pislner

Manufacture & Consommation : lot L607 & 25/06/17

ABV: 5% alc/vol        IBU: N/A

Bière maison – Bohemian Rhapsody

ABV: 5,5% alc/vol        IBU: 35 (estimé)

Impression

La Bohemian Pilsner arbore une étiquette assez épurée qui reprend le même patron que celui des autres produits de la brasserie. Ce design peu informatif suggère que ce produit s’adresse d’abord au consommateur qui connaît la brasserie ou qui recherche spécifiquement une bière de ce style. On nous présente un bref historique du style ainsi qu’une courte description du produit. On comprend que l’objectif visé par la brasserie est le respect du style historique. On apprécie également la présence d’un code de production, d’une date d’expiration, d’un verre suggéré et d’une température de service suggérée.

20170325_101311

Arôme

Le nez des deux produits se retrouvent dans le même registre et ont une intensité moyenne. La bière de Vrooden présente un nez légèrement mielleux/caramélisé, avec des notes de pain. On perçoit également bien le houblon herbacées et terreux, mais le tout s’exprime avec une certaine finesse. La bière maison présente également des accents céréaliers, un caramel discret et un aspect herbacé. Par contre, dans cette dernière le caractère fruité est plus présent et on décèle également une touche beurrée. Les deux produits semblent respecter le BJCP.

Apparence

En versant la Vrooden, un mince collet de mousse blanche persistante se forme. Une dentelle visible est laissée au fil de la dégustation. La bière est de couleur dorée vers le blond et très légèrement trouble. Pour la bière maison, un mince collet de mousse blanche se forme, mais s’estompe rapidement. La bière est de couleur blonde (plus pâle que la Vrooden) et est parfaitement claire (ce qui est une belle réussite pour une bière maison refermentée en bouteille et non filtrée). La Vrooden semble être davantage sur le style sauf pour la transparence du liquide.

Goût

Pour les deux produits, on est vraiment dans la continuité du nez. La Vrooden comporte des notes de céréales, un léger caramel, une certaine minéralité et une amertume moyenne bien sentie, mais pas trop prononcée. C’est surtout le côté herbacé et terreux du houblon qui ressort. Je ne trouve pas d’équivalent en français, mais le goût est « clean ». La bière maison goûte les céréales et le pain, a une amertume moyenne à faible, un aspect herbacé et terreux auquel s’ajoute un certain côté fruité et vineux. Le goût est assez « clean » également, mais légèrement beurré. Le caramel est moins présent que dans la Vrooden. Les deux produits sont intéressants au niveau du goût, mais l’amertume semble mieux balancée dans la Vrooden.

Texture et corps

L’expérience est comparable pour les deux produits au niveau de la texture et du corps : l’alcool n’est pas vraiment perceptible, l’effervescence est moyenne à faible, un corps moyen est présent et est balancé par l’amertume, et l’ensemble se boit plutôt facilement.

Impression de l’auteur

Encore une fois, l’exercice comparatif a été bien agréable à réaliser. Les deux produits semblent être relativement fidèles au style bien qu’ils comportent des différences. Je crois avoir une légère préférence pour ma création, mais je suis peut-être biaisé, d’autant plus qu’il s’agit de ma première lager. Il est intéressant de noter que le degré de latitude sur une recette de pilsner bohémienne qui se veut fidèle au style n’est pas très grande. D’abord, le houblon à utiliser est du saaz (tchèque de préférence) et tout dérogement à cette règle ne produira pas vraiment une pilsner bohémienne fidèle au style. Ensuite, le malt c’est essentiellement du pilsner allemand. Enfin, la levure c’est une levure à lager, préférablement une spécifique aux pilsners. Par contre, toute la finesse se trouve dans l’exécution aussi bien le jour du brassage que durant la fermentation. En effet, les défauts ne peuvent pas être masqué facilement dans une bière comme celle ci. C’est pourquoi il est recommandé de procéder à une ébullition plus longue (90 minutes), de bien aérer son moût, de respecter la température de fermentation (environ 10 C) et de réaliser un conditionnement à froid (environ 1-2 C).

Je considère la Bohemian Pilsner de Vrooden aux amateurs de lagers, mais également à ceux qui veulent étendre leurs horizons gustatifs. À l’ère des bières au profil de saveurs extrêmes, il est bien de redécouvrir les styles classiques laissés pour compte. Je laisse la mise en garde qu’il ne s’agit pas d’une bière extrêmement rafraîchissante, puisque les sucres résiduels sont bien présents.

Voici un autre article sur la brasserie Vrooden et l’article comparatif sur la stout impériale :

Oktoberfest – Brasserie Vrooden

La quête de la stout impériale parfaite

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s