Entrevue avec Martin L’Allier (MonsRegius)

Pour une première fois sur BDQ, voici une entrevue avec un des artisans de la bière du Québec. Martin L’Allier est artisan brasseur et fondateur de MonsRegius,  une toute nouvelle brasserie située à Saint-Bruno-de-Montarville. Ex designer graphique, il tente de ramener la bière à table aux côtés du vin et accorde une très grande importance à la présentation de ses produits.

monsregiusbieres

Tiré de Facebook

BDQ: Qu’est-ce qui vous a convaincu de quitter votre ancienne carrière pour vous lancer dans le brassage artisanal? Y pensiez-vous depuis longtemps?

Ma carrière de designer graphique m’a beaucoup apporté, mais j’y ressentais une lassitude. De longues journées passées devant un écran à bouger des pixels.

J’ai donc cherché un loisir où j’allais pouvoir tirer parti de ma créativité, de mon besoin d’expérimentation, de mon besoin de bouger, de mon envie de réalisations concrètes et de mon côté analytique. Ce fut le brassage qui, en plus, me permettait de poursuivre mon appréciation de la cuisine et de la dégustation.

Nous habitions en appartement dans le Plateau Mont-Royal, brasser n’y était pas vraiment possible. Dès que nous avons déménagé sur la Rive-sud j’ai pu m’y lancer… obsessionnellement.

BDQ: Quels sont vos sources d’inspiration pour l’élaboration de vos recettes? Y a-t-il une tradition [anglaise, belge, etc.] à laquelle vous vous identifiez?

Je suis surtout inspiré par la sphère brassicole belge, mais depuis longtemps, les brasseurs italiens m’intriguent. J’admire tout particulièrement l’élégance en potentiel d’accords gastronomiques de leurs bières. Aussi, ils savent intégrer leur culture alimentaire et plus largement l’agriculture de leur pays dans leurs créations.

BDQ: Je dois admettre que je trouve votre image de marque et la présentation de vos produits particulièrement réussies. Est-ce une facette importante de votre entreprise?

Merci! La qualité visuelle des produits est un élément essentiel des décisions d’achat initiales des consommateurs. De plus, c’est un outil puissant de distinction en tablette. Ayant plus de 20 ans de pratique en tant que designer graphique/directeur artistique, il était essentiel pour moi que nos produits soient beaux en plus d’être bons.

Aussi, je suis convaincu que la bière, à table, n’a rien à envier au vin. L’esthétique des produits, ainsi que celui des bières elles-mêmes, est une manifestation essentielle de cette croyance dans ce potentiel de la bière.

Puis, en 2017, les consommatrices et les consommateurs sont éduqués, sont de plus en plus multiculturels, ont voyagé de par le monde, … Nous sommes bien loin de l’univers folklorique local que prônent certains. À peine après les premiers mois de démarrage en cours que nous recevions des invitations à discuter avec des importateurs étrangers, séduits par l’image.

BDQ: Trouvez-vous qu’il est difficile de percer le marché québécois avec tous les acteurs déjà bien établis?

Un marché peut toujours être abordé de façon créative. Le piège est de tenter de suivre ou de surfer sur des modes.

C’est difficile de se tailler une place dans la tête et dans le cœur des consommateurs.

Je trouve que plusieurs abordent le marché de la même façon que d’autres le font déjà. Par exemple, dans l’univers des brouepubs, combien adoptent l’usuel modèle d’une restauration rapide, grasse et peu créative. Pourquoi pas un brouepub végétarien, ou à thématique poissons et fruits de mer, ou gastronomique.

Chez MonsRegius, nous travaillons tous les jours à créer une culture brassicole artistique.

BDQ: Quel a été, dans votre expérience, le plus grand changement entre le brassage amateur et commercial?

Dans mon cas ce fut l’adaptation au rythme soutenu du nettoyage.

BDQ: Pourquoi avoir choisi Saint-Bruno pour vous installer?

Proximité de notre résidence, mais aussi parce que j’ai toujours apprécié Saint-Bruno, et le Mont tout particulièrement. Avant je partais de Brossard pour aller travailler au Centre-ville, maintenant j’ai l’impression d’aller vers la campagne.

BDQ: Quel style de bière préférez-vous brasser? Y en a-t-il un que vous aimeriez aborder un jour par-dessus tout?

J’aime bien brasser les bières noires pour l’arôme incroyable qu’à la maïsche.

J’ai hâte de brasser une rouge de Flandres, car à mon goût, ce sont les bières les plus intéressantes.

Pour plus d’information: http://www.monsregius.ca/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s