Les tendances bière – 2017

L’année vient tout juste de tirer sa révérence que nous sommes déjà en train d’imaginer ce que 2017 nous prévoit. Le milieu de la bière au Québec à connu des bons coups, tel que vous avez pu le lire avec nos coups de cœur, comme des échecs avec les annulations de concours de bière amateurs. Cependant, Bières du Québec est pour nous et nous l’espérons pour vous aussi une célébration de la scène brassicole Québécoise. Une de ses caractéristiques les plus marquantes est sa créativité et sa capacité à se réinventer à chaque année.

Dans cet article, les trois éditeurs de Bières du Québec participeront à ce plaisant exercice qu’est la prédiction de ce que 2017 nous réserve. Nous vous invitons à continuer avec nous la discussion dans les commentaires et qui sait, vous arriverez peut-être à nous battre!

topdown

 

DPP_0444

Maxime Lavigne

Éditeur – BDQ

Après l’introduction dans les deux dernières années dans le marché Québécois de bière à fermentation lactique et fermentation Brettanomyces, je prévois que cet année nous apportera quelques 100% Brett, et quelques Bière Rouges (Flanders Red Ale). La première désignant une bière entièrement fermentée au Brett, et la deuxième étant un style très particulier de bière Belge qui mélange des goûts acides, chevalins, et une touche vinaigrée.

Outre ces deux styles que je prédis comme très niche, même en 2017, je m’attends à une grande recrudescence d’un style que l’on nomme une « Old Ale » ou « Stock Ale ». Ce style traditionnel se définit par sont corps malté et légèrement sucré présentant un complexe bouquet de fruits secs, de Toffee, et présentant des qualités vineuses. D’une couleur rouge-brun, ces bières sont perçues comme peu houblonnées, présentent une touche de Brett, et des qualités oxydées rappelant un Porto ou un Sherry.

Finalement, je prédis une augmentation de la proportion de Porter et de Stout maltés dans les nouveaux produits ainsi qu’une plus grande utilisation du grain fumé à la tourbe à l’intérieur de ceux-ci.

sébastien

Sébastien Gagnon

Éditeur – BDQ

Étant plutôt actif dans le brassage maison, je confectionne moi-même la majorité des bières que je consomme. Ainsi, je ne suis peut-être pas le mieux informé sur les tendances brassicoles du Québec. Voici tout de même mes prédictions pour 2017.

Je pense que les produits en canette d’aluminium vont continuer à prendre du terrain au profit des produits en bouteille de verre. Ce format me semble avantageux à la fois pour les producteurs (coûts des matières premières et de transport) et pour les consommateurs (conservation et côté pratique). L’arrivée des « grogneurs » va certainement rejoindre une certaine clientèle, mais pas autant que certains l’imaginent. Personnellement, je ne trouve pas ces gros formats très pratique pour la consommation du quotidien et les consignes élevées pourraient en freiner certain.

De plus, avec un marché de plus en plus compétitif au Québec, les microbrasseries devront faire preuve d’originalité pour attirer les consommateurs. Je pense que les bières sures vont poursuivre leur progression. Conjointement à ce phénomène, on verra de plus en plus de lignes de kombucha, ce thé fermenté acidulé, dans les broue-pubs québécois. Il en va de même pour les bières vieillies en fût de chêne de tout genre et pour les assemblages spéciaux. Un bon nombre de consommateurs de bières de microbrasserie sont prêts à débourser davantage pour des produits d’exception. On tentera également de mettre en valeur des houblons rares ou nouveaux ainsi que des céréales atypiques pour se distinguer de la masse.

nic2

Nicolas Gauthier

Éditeur & Administrateur -BDQ

Les IPA d’inspiration de la côte ouest ont la cote depuis quelques années auprès des amateurs de bière. C’est un style si emblématique qu’il en est presque devenu grand public. Les gens ont appris à aimer leurs intenses arômes fruités ainsi que leur amertume franche et désaltérante. Un autre style d’IPA sera cependant, selon moi, de plus en plus populaire: les NEIPA – ou IPA de la Nouvelle Angleterre. Ce sont des bières tout autant houblonnées, mais à la texture crémeuse et au corps si trouble qu’on pourrait les confondre avec du jus d’orange.

Sur une tout autre note, les bières au miel auront selon moi une recrudescence en popularité. Que ce soit les bières fermentées en bouteille avec du miel tels que la Lune de Miel dont nous avons fait la critique récemment, ou encore des braggots, quelque part entre une bière et un hydromel.

Finalement, bien que je ne sois pas encore convaincu de la viabilité grand-public des bières sures, s’il y a bien un style qui saurait les faire apprécier de tous, c’est bien les Berliner Weisse. Tout comme les IPA sessions, elles sont très faible en alcool, facile à boire, et se marient parfaitement avec différentes additions de fruits. On voit de plus en plus de brasseries commercialiser des bières de ce style, et la tendance continuera selon moi.

 

Un commentaire sur « Les tendances bière – 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s